dimanche 4 octobre 2020

[Au contact] Journal de marche - Ep.11

 Bonjour à tous !

Me revoici pour un nouvel épisode du journal de marche, après quelques semaines de pause.
Aujourd'hui, je vous livre le compte-rendu rédigé par Jean Renault suite à la partie test qu'il a réalisée dernièrement avec un de ses comparses. Les membres de la page facebook dédiée à "Au contact" ont déjà pu voir certaines de ses photos et lire un premier compte-rendu succinct, voici le récit complet de cette partie.



Mais avant de céder la parole à Jean, permettez-moi de vous donner quelques nouvelles du front.

Je vous avais quitté en septembre dernier en vous annonçant que je mettais en pause le journal de marche afin de me consacrer à la mise en page de la version finale du livre de règles. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous annoncer que la version "beta" est finalisée depuis hier soir. L'ouvrage est désormais à la relecture chez quelques volontaires.

Je suis très satisfait de cette nouvelle mise en page, qui est bien plus claire que le document de travail sur lequel je travaillais jusqu'à présent. Au passage, ce travail m'a permis de réduire le nombre de pages de 25%, ce qui devrait me permettre de mettre un peu plus de contenu, sous forme de listes d'armées.

Bien évidemment, il y a encore pas mal de travail à fournir :
- une grande partie des photos d'illustration restent à réaliser et sont encore présentes sous forme de schémas ;
- la mise en forme des listes d'armées doit encore être travaillée, car je ne suis pas totalement satisfait du résultat ;
- certaines listes d'armées doivent encore être travaillées ;
- les feuilles de références doivent être reprises afin d'intégrer les derniers changements.

Malgré les différents travaux à réaliser, je vais déjà pouvoir faire imprimer un premier livre qui me permettra de voir le rendu final, afin de procéder à d'éventuelles modifications si besoin est.

Côté groupe, nous sommes désormais 84 membres. C'est modeste mais compte tenu du sujet, je suis plus que satisfait de constater l'intérêt porté par les joueurs à ce projet.

Mais assez parlé !
L'ami Jean est en tourelle de son Bradley, et il me fait signe qu'il faut y aller.


***

Salut à tous. Voici un petit compte-rendu concernant une partie test qui voyait s'affronter un détachement de l'US Army et des insurgés. 

Du côté des US, nous avons un commandement, trois groupes de combat à 9 hommes et 2 Bradley, les groupes de soutien ne sont pas joués. 
Du côté des insurgés il y a un commandement, 4 équipes à 5 hommes avec LMG et 4 équipes à 5 hommes avec RPG, un tireur d'élite et 3 pick-ups, un avec une LMG, un avec un bitube de 23mm, et un armé d'un canon sans recul de 57mm. 
On a fait léger, sans soutien extérieur pour se consacrer aux actions de l'infanterie. 
De même, les civils ont quitté le centre-ville histoire de ne pas prendre une balle perdue… 

Nous choisissons de joueur un combat de rencontre : les américains vont reconnaître les abords d’une petite ville, alors que les insurgés viennent profiter de la fête.

*

Le Lt Strange se serait bien passé de cette mission : repérer la prochaine ville sur sa carte, et surtout sans soutien d'artillerie ou de l'aviation, les deux indisponibles pour le moment. Il connait bien ces ruelles vite transformées en coupe-gorges. Et puis, si cela dégénère, il faut s'y battre maison par maison. Un enfer... Allez, les ordres sont les ordres. Go ! 

Tour 1 : 
« Vas-y Jo, en avant ! » Le Bradley du sergent Smith fait un bond en avant. Ses chenilles s'engagent dans les ruelles étroites. Smith en tourelle, scrute chaque recoin. Le danger peut jaillir de n'importe où.


Il n’a pas tort d’être prudent. Déjà, quelques insurgés progressent rapidement vers les infidèles.


Tandis que le tireur d’élite et son observateur s’engouffrent dans un immeuble.


Pour l’anecdote, le tour se termine ici avec le pion adéquat qui vient d’être tiré. 

 Tour 2 : 
Le Bradley du sergent Smith continue sa progression prudente. Nulle cible à l’horizon.

 

D’où est placé son véhicule, il ne voit pas les mouvements ennemis. 
Les rues désertées par la population commencent à voir nombre de silhouettes menaçantes se déplacer rapidement tout en rasant les murs. 
Bientôt, les étages se couvrent d’ennemis.

 

Déjà, le tireur d’élite et son équipier sont en place au deuxième étage de l’immeuble en ruine. 
L’œil rivé à sa lunette, le tueur attend sa première victime.


De son côté, le lieutenant Strange progresse également avec ses hommes.


« Attention, les gars, canon sans recul à 12h00 ! ». 
Juste en face du Bradley du Sgt Smith, un pick -up armé d’un 57mm sans recul vient de manœuvrer. 
Le véhicule à peine stoppé, un obus s’échappe du canon. 
« Ouf ! » l’obus a touché mais pas percé. En fait, de face, le blindage du blindé est trop résistant pour un 57 (cela m’apprendra à lire les tableaux… avant les tirs).

 

Derrière le véhicule, le groupe du sergent Anderson, tout à sa progression, ignore le drame qui a failli se jouer. 
Tandis que de l’autre côté du mur avance le groupe du sergent Roller.

 

En face, les renforts affluent de partout, un peu comme une rivière qui sort de son lit et envahit les rues d’une ville.


Pendant ce temps, Ali, fidèle à son poste attend patiemment.


Tour 3 
Le tour 3 passe tellement vite que je n’ai pas le temps de prendre des photos… Juste quelques mouvements et c’est fini. 

 Tour 4 
Soudain le groupe Roller est pris sous le feu. « Un homme à terre » ! 
En effet, le premier soldat américain vient de mordre la poussière. Il n’est que blessé. 
Heureusement le doc n’est pas très loin et pourra s’occuper de lui le plus tôt possible.


Contre toute attente, Smith fait avancer son Bradley offrant son flanc au canon de 57. 
Mais il veut impérativement museler les tireurs ennemis qui s’en prennent à ses camarades fantassins.

 

Mais ce que Smith n’a pas prévu, c’est l’arrivée d’insurgés juchés sur leur motos et armés de RPG. 
Le ciel risque de s’assombrir rapidement pour l’équipage du Bradley.


Sur l’aile gauche américaine, le Bradley du sergent Curtis vient d’entrer en lice. 
Lui aussi doit soutenir l’infanterie d’autant qu’au même moment, un pick-up armé d’un bitube anti aérien risque de prendre de flanc l’infanterie américaine au centre.

 


Face au Bradley de Smith, les équipes RPG ne cessent d’affluer. 
Mais pour l’instant, les roquettes ratent leur cible ou éclatent sans faire de dégâts.


Tour 5 
Conscient malgré tout que sa chance ne durera pas, le Bradley recule sous les tirs de roquettes.


Sur l’aile gauche US, le groupe Roller sort de sa cachette et prend à parti le pick-up avant qu’il ne se mette lui-même en batterie. 
Le résultat ne se fait pas attendre. Le véhicule est criblé et l’équipage préfère abandonner le véhicule. Ils pourront sans doute le récupérer une fois tous les mécréants envoyés en enfer.



Tour 6 
Tandis qu’arrive un second pick-up armé d’une mitrailleuse légère, le groupe Roller continue sa progression, soutenu par le Bradley de Curtis. 
Ils réussissent de nouveau un coup au but et détruisent le deuxième véhicule.


Du côté du Bradley de Smith, ce qui devait arriver, arrive. 
Les multiples tirs de roquettes ont fini par avoir raison du blindé. 
Heureusement, l’équipage se sort indemne de la carcasse.


La rue centrale devient maintenant hautement dangereuse. 
Chaque côté de rue étant tenu par la faction ennemie (les américains sont dans certaines maisons). Malheur à celui qui tentera une traversée sans être pleinement soutenu !

 


Tour 7 
Le tour 7 verra essentiellement un assaut insurgé sur un groupe de quatre soldats américains retranchés. Conclusion, il faut bien préparer son assaut… Les quatre insurgés périssent les armes à la main. Un américain sera blessé et un autre tué. Les deux survivants succomberont aussi sous les tirs ennemis, notamment d’Ali, le tireur d’élite.


*

Conclusion 
C’était la première fois que je jouais une partie longue avec un « vrai » adversaire. 
Pas facile de se souvenir de tout mais globalement, par rapport à d’autres règles, tout est logique et finalement, malgré les différents points de gestion à traiter pour du moderne, cela se joue assez vite. 
Cela tourne bien, nous avons même eu l'impression de jouer plus vite qu'à Bolt. 

Nous avions l'équivalent de 10 dés chacun. Des tours se sont parfois achevés rapidement, très rapidement. Cela met un nouvel intérêt aux choix des actions prioritaires. Bien sûr, il y a eu de nombreux morts et blessés de part et d’autre que je n’ai pas mentionnés dans le CR. 

Globalement, les insurgés ont largement perdu plus d'hommes que les US. Le médecin US n'a d'ailleurs pas eu le temps de chômer. Malgré tout en, terme de points, cela doit s'équilibrer, les pertes de gradés US ont été aussi importantes que chez les insurgés. Nous avons bien vu la différence entre des professionnels avec des protections balistiques et des conscrits même motivés. 

Mon camarade de jeu et moi-même sommes déjà impatients de passer au niveau supérieur. Soutien d’artillerie et pourquoi pas, hélicos… Vivement la prochaine fois. 
Jean Renault

***

CONCLUSION

Je remercie Jean pour la rédaction de ce compte-rendu de partie, particulièrement exaltant et bien illustré. Je pense que si les insurgés avaient eus un canon sans recul plus puissant, le cours de la bataille aurait été différent...
Vous retrouverez probablement certaines photos dans le livre de règles.

Sur ce, je retourne travailler sur les listes d'armées et vous dit à très bientôt.
D'ici là, portez-vous bien et prenez soin de vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire